Archives mensuelles : septembre 2014

Sheaffer Snorkel Admiral

Dans les années 50 le stylo-bille était en train de conquérir le monde. La réponse de Sheaffer face à ça? Le snorkel! Lire la suite

Publicités

Les dégâts de l’encre

C’est un sujet qui revient assez souvent: est-ce que les encres « attaquent » les stylos plumes? Et bien comme toutes choses si elles sont bien utilisés, non. Certaines encres demandent des précautions particulières, comme les encres pigmentaires et permanentes qui nécessitent un entretien rigoureux du stylo par exemple. Il y a aussi celles au effets secondaires connus, comme la Noodler’s Baystate blue qui tache pas mal de matériaux. On entend parfois des histoire du type « telle encre a endommagé mon stylo », mais le plus souvent l’encre n’est pas en cause directement.

Par contre sur les vintages c’est une autre histoire! Lire la suite

L’entretien d’un stylo plume

Les trois cas de l’entretien d’un stylo plume vont donc être abordés dans cet article: Avant la première utilisation, l’entretien « de routine » et avant de ranger un stylo plume « à sec ». En effet, les stylos plume demandent un minimum d’entretien contrairement au stylos bille. Sans doute le prix à payer d’un plaisir d’écrire bien plus grand! Lire la suite

Une surprise attendue

J’aurais beau restaurer des dizaines de fois le même modèle de stylo à chaque fois c’est différent. Heureusement d’ailleurs, sinon on s’ennuierait vite!

Il y a souvent des surprises, comme « tient un bout de tube de WD40 à la place du breather tube », le vacumatic qui n’est pas noir mais strié une fois nettoyé, le « mais qui c’est le c.. qui a graissé ce snorkel avec de la graisse à moteur! », j’en passe et des meilleures… Il y a aussi des bonnes surprises, faut pas croire!

Dans les bonnes surprises, il y en a une que j’attendais depuis longtemps. Pas trop une surprise donc mais bon. J’ai reçu aujourd’hui un Esterbrook LJ en noir, un cadeau d’ailleurs! Je fais ma petit vérification de routine, bon ok, beaucoup de boulot niveau extérieur (coups et machouillages à gogo!). Le levier n’est pas bloqué, le sac encore souple. J’essaye de retirer la section « pour voir » et la je le découvre enfin:

Hebergeur d'image

Le sac d’origine du stylo, estampillé « Esterbrook »! Encore souple après une soixantaine d’année! Bon il va être changé car il est très certainement poreux, mais il ne va pas partir à la poubelle celui là!

Même moi j’y crois pas!

Les snorkel ont un point faible qui peut gâcher une restauration: leur snorkel justement. Plus précisément le conduit qui est dans le tube et qui dépasse de quelques mm du tube coté sac. Sans ce petit bout, l’échange air encre se fait mal et le débit est irrégulier.

J’ai longtemps pensé que les tubes de snorkel était pas réparables. Impossible de faire Le classique de la restauration: deux cassés = un fonctionnel. J’ai reçu il y a quelques temps des réservoir d’encre complet de snorkel achetés à prix d’or au USA (protège sac + snorkel + section de sac). Sur les cinq, seulement deux étaient pleinement réutilisables… Les trois autres on divers problèmes. L’un d’entre eux avais fait les frais d’un restaurateur « boucher » (protège sac éventré, section de sac collé au shellac dans le protège sac et petit bout de conduit de snorkel cassé) et un autre avait la pointe du snorkel tordue. Et si seulement on pouvait transplanter le conduit de snorkel du tordu sur le tube du massacré!!!

Et bien en fait oui! Je suis le premier surpris! en photo:
Hebergeur d'image

En haut le tube tordu et le conduit cassé, en bas le snorkel restauré. Le conduit transplanté était tordu au bout, mais un coup de réchauffe et il était comme neuf (merci l’ébonite!) C’est pas super simple à faire mais faisable. C’est un truc dont je n’ai entendu parler nulle part, donc je suis un petit peu fier de moi!

Restera à voir si ça marche dans un stylo une fois ce snorkel installé dedans…