L’entretien d’un stylo plume

Les trois cas de l’entretien d’un stylo plume vont donc être abordés dans cet article: Avant la première utilisation, l’entretien « de routine » et avant de ranger un stylo plume « à sec ». En effet, les stylos plume demandent un minimum d’entretien contrairement au stylos bille. Sans doute le prix à payer d’un plaisir d’écrire bien plus grand! Un stylo plume fonctionne par capillarité, l’encre circule dans des canaux très fins dans le conduit et la plume. Il suffit que ceux-ci soient encrassés et le débit d’encre en souffre. Vous aurez donc bien compris que l’entretien est donc plus du nettoyage qu’autre chose!

Un point important avant de commencer: si votre stylo est un stylo ancien qui ne fonctionne plus, ce n’est pas un simple nettoyage qui va le remettre en route. Il faut dans ce cas là restaurer le stylo entièrement avant de pouvoir l’utiliser. Certains tutoriels pourront vous aider pour le faire vous-même ou vous pouvez faire appel à mes services pour que je m’en charge.

1. Le matériel

J’ai essayé pas mal de méthodes pour nettoyer mes stylos plumes, qui se résume le plus souvent à faire passer de l’eau dans le bloc plume. Une seringue planté dans une cartouche vide, avec le convertisseur, un poire à moucher les bébé avec des cartouches spécialement adaptées… Le mieux est la poire à lavement auditif (disponible en pharmacie):

hostingpics.net

Par un hasard heureux, elle s’adapte directement sur les stylos qui acceptent les cartouches au format « international » (cartouches Waterman), mais aussi les Parker et Lamy:
hostingpics.net
Ici un Kaweco

Pour certains stylos il faut prévoir une cartouche coupé au bout pour pouvoir adapter la poire sur le bloc plume:
hostingpics.net
Exemple ici avec un Sheaffer.

Dans le cas des stylos avec un système de remplissage intégré (piston, stylos à sac etc…), le nettoyage se fera en remplissant puis vidant le stylo à l’aide du système de remplissage.

Les plus maniaques (dont je fais partie!) pourront s’équiper d’un bac à ultrasons:
hostingpics.net

Honnêtement je l’utilise jamais pour l’entretien de mes stylos. Je l’utilise uniquement pour la restauration des vintages, mais il peut être utile pour se débarrasser d’encre séchée (le fameux cas du « stylo oublié au fond d’un tiroir »!) ou des pigmentaire, plus « tenaces ».

Autre petit matériel nécessaire: du papier absorbant pour sécher les bloc plumes, des récipients pour faire tremper les bloc plumes et un évier qui craint pas l’encre!

2. Avec quoi entretenir son stylo?

Sauf dans le cas du nettoyage avant la première utilisation, c’est de l’encre que l’on veut éliminer du bloc plume. L’encre est une solution de colorants dissous dans de l’eau. Pas des pigments qui sont insolubles dans l’eau, sauf bien entendu dans le cas des encres pigmentaires. Donc la plupart du temps de l’eau suffit.

De l’eau déminéralise/distillé? Oui et non. Pour tous les rinçages, trempage etc… de l’eau du robinet suffit. Par contre pour le dernier rinçage avant le séchage j’aime bien le faire à l’eau déminéralise. Comme ça l’eau en s’évaporant ne laisse pas derrière elle des dépôt de minéraux qui peuvent boucher les parties les plus étroites des conduits. C’est particulièrement vrai dans les régions ou l’eau est calcaire.

nettoyants plus « élaborés »

eau + liquide vaisselle: pour éliminer les traces de graisse ou huiles laissés après l’assemblage du stylo en usine. Une à trois gouttes dans un verre d’eau suffisent. Pas de savon, qui à tendance à former des caillots, en particulier avec des eaux calcaires.
l’ammoniaque: solution à 1% dans l’eau. Si vous avez une bouteille d’ammoniaque à 10%, un volume d’ammoniaque dans 9 volume d’eau. Parfait pour dissoudre les dépôts d’encre séchés récalcitrants. Attention toutefois à ne pas laisser les plumes en or 14K trop longtemps dedans, cela les fragiliserais par dissolution des autres métaux (cuivre en particulier) contenu dans l’alliage. Le plus souvent 30min – 1h de trempage suffit.
Le vinaigre blanc ou l’acide ascorbique: à 1% dans l’eau comme l’ammoniaque. Soit 1g dans 100ml pour l’acide ascorbique. Sert uniquement pour dissoudre les dépôts d’encres ferrogalliques.

Mention spéciale: le « Pen Flush »

Le « pen flush » (nettoyant pour stylos en français) est un liquide conçu spécialement pour nettoyer les stylos plume. On en trouve chez J. Herbin et il existe aussi le « JB Perfect Flush » disponible au USA. Est-ce efficace? Oui. Est-ce que ça en vaut le prix? Non.

Une recette simple de pen flush est de rajouter une à trois gouttes de liquide vaisselle dans de l’ammoniaque à 1%. Ma recette perso est trois gouttes de liquide vaisselle dans 50ml d’ammoniaque à 1%. Ça ressemble à ça:
hostingpics.net

Si vous comparez le prix d’un litre d’ammoniaque avec le prix au litre du nettoyant Herbin, le choix est vite fait…

3. Le nettoyage avant la première utilisation

Ce problème est assez courant, le stylos neuf qui a des ratés au démarrage ou pendant l’écriture. dans la plupart des cas c’est dû à des résidus de graisse ou d’huile laissé après l’assemblage du stylo en usine. En repoussant l’encre dans le conduit au lieu de laisser celle-ci s’écouler tranquillement, cela crée des blanc à l’écriture ou des problèmes au démarrage. Il vaut mieux donc prendre la précaution de rincer son stylo avant de l’encrer.

La procédure est simple:
– remplir la poire avec du mélange eau+liquide vaisselle et faire passer celui-ci dans le conduit. Il vaut mieux le faire « par à-coup », c’est plus efficace qu’en flux continu.
– remplir à nouveau la poire mais cette fois-ci avec de l’eau et rincer le conduit avec l’eau. Il convient de rincer la poire avant pour être sur de ne plus avoir du mélange précédent dedans.

Il se peut que les eau de rinçage soient colorées, comme ceci:
hostingpics.net

C’est plutôt bon signe, votre stylo a été testé en usine!

– utiliser la poire à vide pour chasser l’eau resté dans le bloc plume.
– laisser sécher le bloc plume la plume en bas, reposant sur un papier absorbant une nuit, comme ceci:
hostingpics.net

Le papier va aspirer les dernière traces d’eau (faut parfois le changer), après une nuit le bloc plume sera prêt à l’emploi.

4. L’entretien de routine

Par entretien de routine j’entends par là le nettoyage entre deux-trois encrages du stylos. Car même si le capuchon interne dans le capuchon est prévu pour empêcher l’évaporation de l’encre contenue dans le stylo, cela arrive toujours et des dépôts d’encre se forment.

Pour commencer un passage sous le robinet d’eau froide permet d’enlever le plus gros de l’encre:
hostingpics.net

Ensuite finir le rinçage avec la poire, pour bien éliminer toute l’encre du conduit. Les eaux de rinçage vont finir par ressortir claires:
hostingpics.net

Pour finir séchez le bloc plume avec du papier absorbant et il est bon pour le service. Si il reste des traces d’eau dans le conduit cela n’influence que très peu le comportement de l’encre.

Un petit point sur les convertisseurs. Pour les rincer, il suffit de les remplir d’eau puis les vider jusqu’à ce que l’eau qui en ressorte soit claire. Une astuce consiste à boucher le convertisseur avec un doigt et l’agiter, c’est très efficace pour aller chercher les traces d’encre dans les recoins:

avant:
hostingpics.net

pendant:
hostingpics.net

après:
hostingpics.net

L’astuce marche aussi pour tous les stylos avec système de remplissage intégré, mais attention au gouttes qui s’échappent du conduit et à la plume!

5. Le nettoyage intensif

Le nettoyage « intensif » consiste à éliminer toutes les traces d’encre du conduit avant de ranger un stylo, ou dans le cas du stylo retrouvé dans un tiroir.

Avant toutes choses: faut-il démonter un stylo pour le nettoyer? Non. Pas sur un stylo avec lequel on a écrit et qui marchent parfaitement. Le nettoyage à fond des vintages pour leur restauration comprend un démontage complet, mais le cas est différent: il faut vérifier que tout est en ordre, aucune faiblesse structurelle etc… Sur un stylo qui fonctionne ça n’a donc aucun intérêt. De plus retrouver le bon réglage plume-conduit n’est pas aussi simple que ça. Donc non. Certaines personnes le font, mais à force de démonter des bloc plume il se peut que du jeu se crée, en particulier sur ceux ou la plume et le conduit sont maintenus par friction.

Le nettoyage intensif reprend la même première étape que le nettoyage de routine, un passage sous le robinet d’eau froide. Ensuite je laisse tremper le bloc plume dans un peu d’eau pour dissoudre tous les dépôts d’encre:

Upload images

Le plus souvent 1h de trempage suffit, une nuit permet de bien dissoudre tous les dépôt si besoin. Dans le cas des stylos avec un système de remplissage intégré (piston etc…), il faut faire tremper que la plume, le stylo à la verticale:

hostingpics.net

Le plus souvent une heure de trempage enlève le plus gros de l’encre. sinon une nuit de trempage permet de dissoudre les dépôts les plus récalcitrants. Ensuite un rinçage à l’eau et un séchage finissent le nettoyage.

Un moyen plus rapide est d’utiliser le pen flush après le passage sous le robinet et rinçage avec la poire. Suffit de remplir le stylo avec du pen flush, laisser tremper 5-10 min, vider le stylo et recommencer si besoin. Démonstration en images:

1ere fois
hostingpics.net

2eme fois
hostingpics.net

et au bout de trois fois:
hostingpics.net

La méthode au pen flush est particulièrement indiqué pour les encres rouges, marron, violettes et dans une moindre mesure, noires, plus difficiles à nettoyer. Une fois que le pen flush ressort clair du stylo, un rinçage à l’eau et un séchage fini la procédure, comme toute les autres méthodes.

6. Les convertisseurs

Parfois de l’encre passe derrière le piston ou il faut lubrifier celui-ci avec de la graisse de silicone (100% silicone, disponible dans les magasin de plongée). Il existent autant de modèles de convertisseurs que de marques de stylos (voir plus), mais on peut les grouper en deux catégories: ceux qui dérivent du Schmidt K1/K2 et ceux du Schmidt K5/K6, leur démontage est un peu différent.

Les « style Schmidt K1 et K2 »

hostingpics.net

Retirer la bague qui est simplement glissé:
hostingpics.net

Le mécanisme du piston est clipsé, il faut le retirer en tirant dessus. Une bonne précaution est aussi de mettre le piston au milieu du réservoir, ça évite de se retrouver avec le piston resté dans le réservoir tandis que l’on a le mécanisme dans l’autre main!Parfois c’est particulièrement dur, dans ce cas il est possible de faire tourner le mécanisme du piston légèrement en biais par rapport à son axe pour élargir très légèrement l’ouverture sur le réservoir ou il est maintenu et ainsi faciliter sa sortie.
hostingpics.net

Le piston se retire ensuite facilement:
hostingpics.net

Les « style Schmidt K5 et K6 »

Ces convertisseurs sont plus faciles à démontrer que les précédents .Il sont facilement repérables par rapport aux précédents car la bague n’est pas lisse. La différence entre le K5 et le K6 est que le K6 possède un pas de vis pour le visser sur le bloc plume. La bague métallique se dévisse, la première fois c’est assez dur car elle peut être collée. Ensuite le mécanisme du piston est simple à retirer car juste glissé dans le réservoir.

Dévisser de la bague:
hostingpics.net

retirer le mécanisme (on remarquera les fente sur le réservoir et les picots sur le mécanisme qui doivent être aligné lors du remontage)
hostingpics.net

sortir le piston du mécanisme:
hostingpics.net

Beaucoup de convertisseurs sont basé sur le même système que les K5/K6, une bague vissée qui maintient le mécanisme. Les seuls convertisseurs qui ne se démontent pas sont les Waterman et certains Sheaffer.

7. Le capuchon interne.

On l’oublie souvent celui là! Pourtant il y a toujours de l’encre qui s’écoule dedans, en particulier dans les stylos qui ont un bouchon qui se clipse. Pour les nettoyer il faut des pinces longues et fine, brucelles ou alligator:

hostingpics.net
Brucelles au dessus, alligator en dessous.

C’est assez simple: entortiller un morceau de papier absorbant sur le bout de la pince, l’humidifier et l’utiliser pour nettoyer le capuchon interne:
hostingpics.net

Le résultat est souvent surprenant:
hostingpics.net

Ensuite même procédure pour sécher le capuchon interne mais avec un morceau de papier sec.

Voici en ce qui concerne l’entretien d’un stylo plume. Si besoin n’hésitez pas à me contacter via l’onglet « contact » pour de plus amples informations.

Publicités

28 réflexions au sujet de « L’entretien d’un stylo plume »

  1. Ping : Démontage d’un Lamy Safari | Stylos plume: le blog de GG917

  2. Ping : Restauration d’un Sheaffer « touchdown  | «Stylos plume: le blog de GG917

  3. Kallysto

    très bon article.
    J’ai 3 stylos plumes Waterman qui ont un petit mois. Le problème que je rencontre est que dès que je veux écrire, et que je ne m’en suis pas servi depuis 1/2 journée, je dois essuyer la plume plusieurs fois avec un chiffon mouillée pour que le stylo veuille bien écrire.
    Je bouchonne biensûr mes stylos à chaque fois.
    Un gros nettoyage résoudrait-il le problème ?
    D’avance merci.

    Répondre
    1. gg917 Auteur de l’article

      Un nettoyage n’apportera pas grand chose à cotre problème. Vous pouvez essayer mais cela n’apportera sans doute pas grand chose C’est plus lié à un problème de capuchon interne qui ne scelle pas correctement le bloc plume une fois le stylo fermé. La plume sèche et le stylo ne démarra pas sans à avoir à le « réanimer ».

      Répondre
  4. mcflypb

    Merci pour ces explications.

    Je rencontre un soucis avec mon Capless pilot que je n’ai pas utilisé depuis 1 an. L’encre ne voulez plus vers la plume j en peux plus écrire avec. J’ai essayé de le nettoyer mais ceci persiste. y a-t-il une solution pour que le stylo fonctionne à nouveau.

    Merci pour votre aide.

    Répondre
  5. Samy TAYLOR

    Bonjour, je n’ai pas utilisé mon stylo plume depuis un moment et l’encre à séchée. J’avais mis l’encre terre de feu de J Herbin. Je n’ai pas de bac à ultrason, comment puis-je faire pour enlever l’encre séchée en sachant qu’elle fait partie de la catégorie des encres un peu plus coriace je pense. D’ailleurs la ou j’ai réussi à enlever l’encre, il y a la trace dans la plume en or et on dirait que ça à creusé un peu la plume ; ça fait une marque un peu grisâtre, que l’on sent au toucher. Est-ce que ça aurait pu abîmer mon mécanisme ? Dois-je l’envoyer à Waterman pour qu’il me le nettoie et répare ?

    Répondre
    1. gg917 Auteur de l’article

      Essayez un nettoyage avec de l’ammoniaque comme indiqué dans l’article, en rinçant bien l’intérieur du bloc plume. Un trempage dans de l’eau permet aussi de bien degrossir en eliminant pas mal d’encre, l’ammoniaque se chargeant ensuite souvent du reste. La trace grisâtre est surement superficielle ou peut être une perte de placage sur le plume si elle n’est pas en or massif mais juste plaquée.

      Répondre
  6. Alexander Ritter

    Excellent site, bravo pour toutes ces précisions concernant la restauration de nos beaux stylos plume ! Je sais désormais comment procéder… toutefois, avant de lire votre article, j’avais malheureusement passé la plume à l’acétone… le plastique en haut de la plume s’est un peu décollé et a blanchi. J’ai peur de ne pouvoir faire marche arrière ! Auriez-vous une idée ? Merci

    Répondre
  7. Ibere

    Bonjour, bonsoir,

    Tombé par hasard et par bonheur sur un de mes nombreux stylos-plume oublié au fond d’un carton après de multiples déménagements, je me tente dans l’aventure de le réutiliser.
    J’avais peu d’espoir, je me souvenais que ce modèle Pilot Namiki Capless me posait déjà beaucoup de soucis lorsque je l’utilisais régulièrement, alors après ces nombreuses, années, j’avais bien peu d’espoir.

    Et puis, je suis tombé sur votre site et cet article. J’ai suivi les opérations en utilisant du vinaigre blanc, puisque je n’avais que cela est que mon impatience était au rendez-vous.

    Je viens de terminer le process et merveille des merveilles mon bon vieux « Green star » (oui, je sais c’est balaud mais je donne des noms à mes stylos) fonctionne mieux que jamais.

    Alors, merci, merci pour ce blog, merci pour votre passion et merci de partager ton savoir avec les autres.

    Répondre
  8. Terrier Christian

    Superbe article !
    Merci, cela m’a permis de remettre en service deux plumes Montblanc n’ayant plus servi depuis des dizaines d’années. Un modèle 31 et un 221.
    Quel douceur de plume !!!

    Une question toutefois : le 31 (à piston intégré) a du mal à redémarrer après 24 heure d’arrêt. Egalement après une page d’écriture il semble « a sec ». Dans les DEUX cas je dois agir sur le pistion pour « encrer » la plume.
    Que se passe-t-il ?

    Merci de votre réponse
    Cordialement

    Répondre
    1. gg917 Auteur de l’article

      Bonjour,

      Il semble avoir deux causes distinctes: le capuchon doit pas être totalement étanche et la plume sèche un peu d’ou le démarrage difficile. Pour l’arrêt lors de l’écriture c’est sans doute un blocage partiel du conduit.

      Répondre
  9. almathee

    Bonsoir mon studio plume bohème non utilisé depuis pas mal de moise…… j’ai du mal avec le système rotatif qui fait sortir et rentrer la plume …… cela coince un peu ….. 85 euros la réparation chez mont blanc…… avez vous une idée ? Merci
    Mnoelle

    Répondre
  10. Sarah

    Bonjour
    J’ai chiné un très beau stylo plume des années 1950 en bakélite, c’est un très gros stylo plume appelé « JUMBO PEN » c’est japonnais.
    Bref toutes les parties dévissables sont coincées…! Vraiment coincées !
    Comment faire pour les dévisser sans abimer le stylo ?
    Merci beaucoup de vos réponses !

    Répondre
    1. gg917 Auteur de l’article

      Bonjour,

      Les Jumbo pen sont en ébonite et datent des années 30-40. Comme ce sont des eyedroppers, l’encre dans le votre a surement ceux-ci a surement séché et bloque le filetage. essayez de chauffer au niveau de la jonction corps-section pour encourager le debloquage.

      Répondre
      1. Sarah

        Merci beaucoup gg917 de votre réponse si précise !! J’aurais appris quelque chose…je n’avais pas encore fais mes recherches….je vais donc tenter de le chauffer au sèche cheveux ou sous l’eau chaude…je crois qu’il y a deux parties à dévisser. Par contre pourrais je encore profiter de votre grande connaissance…c’est quoi ce système « eyedroppers » ?! Un grand Merci !

      2. gg917 Auteur de l’article

        L’eau chaude n’est pas recommandé pour ces stylos car elle décoloré l’ébonite, un sèche cheveux est bien mieux. Les eyedroppers sont des stylos avec le corps faisant office de réservoir, on les rempli en dévissant la section et en versant l’encre directement dans le corps (avec une pipette pour pas en mettre partout!).

      3. Sarah

        Merci gg917 pour tous ces conseils et informations !!! C’est très gentil à vous ! Je vous tiendrai informé des suites de mes essais….dommage que l’on ne puisse pas insérer de photos…Merci encore !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s