Parker « 51 » Mk I « DeLuxe »

Après avoir servir de cobaye pour le tutoriel sur la restauration des Parker « 51 » aerometric, il est temps de vous présenter le stylo en lui-même!

Dès son lancement en 1941, le Parker « 51 » a été un énorme succès commercial pour la marque et est considéré à juste titre comme l’un des meilleurs stylo-plumes jamais produit. Un design novateur, un système d’alimentation en encre révolutionnaire… Le stylo doit son nom au fait que son développement a été terminé en 1939, soit la 51eme année d’existence de Parker. Bien que leurs formes soient similaires, Il ne tire donc pas sont nom de sa ressemblance avec le North American P-51 « Mustang », malgré le fait que certaines publicités d’époque soient basées sur ce fait:

hostingpics.net Le P-51B représenté dans la publicité est entré en service en 1943, la publicité elle-même date de fin 1944. Le P-51B représenté est celui de du Captain Maurice Baker, qui l’avait appelé « Parker 51 ». Le Cpt Baker venait de… Parker dans le South Dakota, avec tout cela faut pas s’étonner que le mythe comme quoi le « 51 » a été nommé après le P-51 ait la vie dure…

Malgré le succès du « 51 », la version originelle vacumatic posait quelques problèmes de fiabilité. En effet le système repose sur l’utilisation d’un sac replié sur lui-même, prenant alors le nom de diaphragme. Bien que le système soit assez ingénieux, le diaphragme s’use bien plus vite qu’un sac. Parker a donc recherché un système bien plus fiable. Après un échec avec le « red band », un button-filler quasiment irréparable en cas de problèmes, ils ont lancé le « 51 » aerometric, possédant un système de remplissage « photo fill » (brevet U.S. 2612867 A):

hostingpics.net

La publicité vantait 14 nouvelles avancées par rapport au « 51 » vacumatic, mais en réalité 5 étaient identiques au vacumatic! 8 autres concernaient que le système de remplissage la dernière était les « seven new colors plus black, stylish new color range ». Si parfois les département marketing exagèrent un peu, les « 30 years life expectancy » du nouveau sac en plyglass étaient clairement sous-évalués!

Les aerometric ont été fabriqués au USA et en Angleterre, le présent stylo est un « 51 » Mk I « DeLuxe » anglais en coloris Navy Grey. Fermé le stylo mesure 13.8cm:
hostingpics.net

Et 12.7cm ouvert:
hostingpics.net

La forme du corps est typique, très fuselé. Breveté aussi (Brevet U.S. D116,097 et D116,098)
hostingpics.net

Comme c’est un aerometric, le corps se dévisse pour dévoiler le système de remplissage:
hostingpics.net

Le trou de ventilation du corps est situé au bout du stylo, contrairement au Mk Ia ou il est au milieu du corps:
hostingpics.net

Le « DeLuxe » possède comme le « Special » un capuchon en Lustralloy. Le clip est un clip dit « arrow », comme sur les Vacumatic avant l’adoption du clip blue Diamond. Tous les « 51 » aerometric ont un clip « arrow », ainsi que quelques « 51 » vacumatic de fin de production.
hostingpics.net

La lèvre du capuchon est polie, avec l’inscription « Parker » juste au dessus:
hostingpics.net

Sur le dessus du capuchon est situé un « jewel » en celluloïd:
hostingpics.net

La prise en main du « 51 » est juste parfaite. Le stylo est un peu plus large qu’un Snorkel, surtout si on le tient juste avant le clutch ring. C’est un stylo assez léger et très bien équilibré; le seul inconvénient peut venir de la plume capoté: comme on n’a pas de repère visuel sur la plume, il est assez facile de mal saisir le stylo et la plume ne se retrouve pas bien placé sur le papier. Ce problème a été corrigé sur les Parker 61 avec l’adoption des flèches dorées ou chromées sur le capot.
Bien que la plume ait des inscriptions comme la date et lieu de fabrication (UK en 1957), le type de matériau la constituant (or 14K) ainsi que les pointes (RU pour « plathenium », cf. le tutoriel du « 51 » aerometric), il n’y a pas d’indication de taille! Celle-ci semble être une medium, quoi que ça pourrait être une large. La plume date de 1957, cette année là Parker proposait 7 tailles de plume: accountant, extra fine, fine, medium, broad, stub et medium oblique.
hostingpics.net

Les plumes de « 51 » étaient polies de manière électrochimique, et bien c’est rudement efficace! Cette plume est très douce mais à la limite du baby’s bottom. Il faut vraiment bien tenir le stylo pour avoir un débit optimal d’encre, qui est d’ailleurs assez généreux. Dès que l’on sort de cette zone optimale d’emploi, le trait devient beaucoup plus fin. C’est ces détails qui me font penser à une B plutôt qu’une F, mais sans avoir de point de comparaison il est difficile de trancher. Tous mes autres « 51 » sont des F… Bien que la quantité d’encre embarqué soit assez importante (environ 1.2 ml), une telle plume limite la durée d’utilisation. Surtout que lorsque l’on a compris comme l’utiliser on a pas vraiment envie de s’arrêter!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s