Esterbrook Transitional J

Toujours pas d’Esterbrook sur le blog? Voici enfin une revue d’un Esterbrook et, pour faire la transition avec tous les Sheaffer déjà présentés, rien de tel qu’un Transtional J! (un peu facile celle là…)
hostingpics.net

Esterbrook est une compagnie fondée par Richard Esterbrook en 1858 à Candem dans le New Jersey. Initialement nommé la « Esterbrook & son » car il l’avait fondée avec son fils, le nom changea en 1860 pour « The Esterbrook Steel Pen Manufacturing Co. » lors de l’établissement d’une corporation. Pour le petit détail historique, le trademark « Esterbrook » est le cinquième plus ancien au U.S.A. Leur activité était la fabrication de plumes en acier (un alliage appelé « Ester-chrome ») ainsi que les porte plumes pour aller avec. Si initialement leur gamme comportait 10 types de plumes elle a augmenté jusqu’à environ 400 dans les années 20!

Esterbrook a commencé à fabriquer ses propres stylo-plumes à partir de 1932, les « V-clip » rapidement succédé en 1934 par les « Dollar pen » (modèles A, B et H selon la dénomination correcte) pour pallier à la fragilité du clip des « V-clip ». Ces stylos avait un design de type « flat top » qui contraste avec les Esterbrook les plus connus, les « J series » qui sont plus « streamlined ». Or le changement ne s’est pas fait du jour au lendemain: les « Dollar Pen » ont cessés d’être produit en 1942 alors que les « J series » sont apparus en 1948. Ce sont donc les bien nommés « Transitional » qui ont fait la transition, juste précédés par les « Visumaster » en 1943. Leur design est en adéquation avec leur rôle d’intermédiaire entre un design « flat top » et « streamlined », le corps est à bout droit tandis que le capuchon est bien plus arrondi.

Le stylo présenté dans cet article est un « full size », ou J. Ils existaient aussi en version « demi », les SJ, et « slender », les LJ. Il est aussi à noter que leurs dénominations exactes des modèles ne sont pas connues, du moins à ma connaissance. Ils sont donc nommé par comparaison avec les J series, avec le « transitional » placé devant.

Fermé le stylo mesure 12.5cm:
hostingpics.net

Ouvert, 11.3cm:
hostingpics.net

Posté il mesure 15.5cm mais il est assez long pour que ce ne soit pas nécessaire:
hostingpics.net

L’extrémité du corps est plate, comme indiqué précédemment. On remarquera toutefois que le corps s’affine légèrement après le levier.
hostingpics.net

Les capuchons des « Transitional » ont ce qui est appelé un « Jewel » et ceux-ci on trois bandes pour les « Transitional » datant du début de la période de production (1944-1948). Les Transtional de fin de production on un jewel identique au J series, arrondi. La datation de stylo comme un de début de production est  consistant avec l’absence de l’inscription « Esterbrook » sur le clip.
hostingpics.net Les bandes du jewel devrait s’aligner avec celles du clip mais ce petit détail m’a échappé lors du remontage…

Voici à quoi ressemble le stylo démonté:
hostingpics.net

es « Transitional » on été les premiers à avoir le support de sac dans le stylo (la partie en plastique transparent), qui permet d’assurer un compression complète du sac par la barre de compression mais aussi d’éviter que le sac ne bouge trop dans le corps. Cela permet aussi d’utiliser la même taille de sac entre les trois modèles malgré des différences de diamètre du corps. Bien qu’Esterbrook ne faisait pas partie des marques du « first tier » (Conklin, Parker, Sheaffer, Wahl-Eversharp et Waterman) mais plutôt du « second tier » leurs stylos étaient de bonne qualité et la quantité de stylos encore présent aujourd’hui le prouve. Leur restauration est similaire à un stylo à levier classique, à quelques détails près.

Le stylo m’était arrivé avec une plume 2556 « firm fine » complètement usé: les becs avait été raccourcis jusqu’à 1mm du conduit. On peut la voir dans la photo au dessus. Comme les plumes Esterbrook « Renew point » se vissent dans la section, il est très facile de les changer et j’ai donc équipée ce stylo avec une 2314-F, « Relief fine stub »:
hostingpics.net

Au dos se cache le conduit en ébonite, très classique: des ailettes pour faire tampon et au contact de la plume un canal avec deux fissures pour l’alimentation en encre. Ce design de conduit date d’après 1950, la plume n’est donc par historiquement correcte par rapport au stylo, Les conduit « wartime » étant plat au dos. Mais vu que les plumes sont faites pour être échangées cela n’est pas vraiment important…
hostingpics.net

La dénomination « Relief fine stub » est un peu trompeuse. Bien que « Relief » soit indiqué sur la plume, ce n’est pas indiqué dans la description dans les catalogues:
hostingpics.net

Pareil sur la boite de la plume:
hostingpics.net

En fait « relief » dans les dénomination Esterbrook indique une plume oblique gauche. On peut le voir sur la photo du conduit de la plume, les pointes sont bien en oblique. La dénomination plus courante serait donc une stub fine oblique gauche.

A l’écriture cette plume est très agréable. Elle était neuve avant d’être installé sur le stylo et ne présentait pas de « plat » comme souvent observé sur les plumes des séries 1xxx et 2xxx pour lesquelles les pointes sont faite du même matériaux que la plume. Elle risque d’ailleurs de rester sur le stylo, j’avoue ne pas jouer le jeu des plumes facilement interchangeables… Bien qu’oblique le positionnement de la plume sur la papier n’est pas critique car le « sweet spot » est assez large. Comme c’est une plume fine ce n’est pas très étonnant. Le débit est un peu contenu, ce qui n’est pas un mal car cela permet d’exploiter au maximum le peu de variation de trait offerte par la plume. Au plus fin le trait ressemble beaucoup a celui que fait la plume lorsque l’on fait simplement glisser le stylo sur le papier (0.2mm) tandis que le trait « large » correspond au stylo tenu (0.3mm). Cela donne un ratio de 1:1.5 voir 1:2 si on tient exactement le stylo comme il faut pour avoir un maximum de variation de trait.
hostingpics.net

Au final cette plume est parfaite pour moi: comme je suis gaucher écrivant « par le dessus » je peux tenir le stylo de « travers » et les pointes sont parfaitement au contact du papier. La variation de trait ajoute un peu de caractère à l’écriture tout en restant discret. On est loin des stub de 1.5 voir 1.9mm!

Voila pour ce « Estie » transitional J avec sa plume 2314-F.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s