Parker « 51 » vacumatic – Lustralloy cap – 1944

Le Parker « 51 » aerometric est sans doute l’un des meilleurs stylo-plumes jamais conçu. Mais la version originale, le « 51 » vacumatic, n’est pas mal non plus!

hostingpics.netEn 1928, la Parker Pen Compagny décida de produire ses propres encres, ce qui semble assez normal pour une compagnie qui fabrique des stylos. Le chimiste Gaylen Sayler fut donc recruté et en 1931 la fameuse « quink » est apparue sur le marché . Sayler et la nouvelle recrue Carl S. Miner ont ensuite continué les recherches sur des encres qui séchaient encore plus vite pour finalement trouver une formule qui sèche très vite grâce à un phénomène d’adsorption dans le papier et non pas par évaporation. Mission accomplie donc, l’encre séchait tellement vite qu’un doigt qui se déplace en même temps que la plume mais 1/2″ (1.3cm) derrière elle ne laissait aucune trace. Parfait!

Pas tant que ça… L’encre séchait aussi dans les conduits, finissant par les boucher. le plus embêtant était que l’encre attaquait aussi le celluloïd des Parker de l’époque (les Vacumatic) à cause des solvants contenus dans l’encre. Pour éviter qu’un un client arrive chez un vendeur de stylos Parker en disant « j’ai mis de l’encre Parker dans mon Vacumatic et il a fondu… » il fallait trouver une solution. Si l’encre a été breveté en 1931 (brevet U.S. 1,932,248A), elle n’a atteint le marché qu’en 1941, juste le temps de concevoir un stylo pour l’utiliser: le Parker « 51 »!

L’homme derrière le « 51 » est Marlin Baker qui a conçu quasiment tous les aspects du « 51 », y compris son design (et non pas le designer Bauhaus Lazlo Maholy-Nagy). Le concept du « 51 » est assez simple, pour que l’encre ne sèche pas il suffit que seule la pointe de la plume sorte du stylo, tout le reste est à l’intérieur. La pièce maitresse du design est le collecteur, basé sur un brevet de Russel T. Wing (Brevet U.S. 2,187,528) complétement retravaillé par Baker une fois les droits du brevet rachetés par Parker. Le fonctionnement du collecteur a été discuté en détails dans « styloplumologie I ». La fonction du collecteur est de maintenir un volume d’encre très près de la plume pour que le stylo démarre de façon instantanée. Sur un « 51 » vacumatic le collecteur ressemble à ça:Hebergeur d'imageLe canal d’encre est maintenu ouvert par une tige en ébonite, détail unique aux « 51 » vacumatic.

Le « 51 » avait le système de remplissage vacumatic comme les euh… Vacumatics qui le précédent. Le système fonctionne comme un bulb filler mais avec le sac replié, lorsque l’on appuie sur la tige pour remplir le stylo le sac se déplie. C’est le défaut du système, le sac replié (appelé « diaphragme » comme ça les publicités pouvait vanter le « système sans sac en caoutchouc »!) est soumis à de fortes contraintes et fini par rompre. Voici le système tel que décrit par Parker dans le catalogue de 1941:
Hebergeur d'image

Le fait que le diaphragme ne devait pas trop aimer les encres « 51 » (peut importe que ce soit la « india black », « tunis blue », « china red » ou « pan-american green »…) mais était aussi couteux à produire et réparer. C’est pourquoi en 1949 le système aerometric a été introduit, qui lui est très fiable. La Parker Superchrome, qui succédait a l’encre « 51 » depuis 1948 endommageait aussi les « 51 » aerometric, en particulier les breather tube en argent (en plus d’être toxique). La solution dut donc de retirer l’encre du marché en 1956, histoire de réduire les couts de réparations de « 51 » lentement attaqués de l’intérieur par leur propre encres…

Quoi qu’il en soit, après des tests plutôt moyen en Amérique du sud en 1940, le « 51 » a été modifié suite à ça et lors de son lancement en 1941 le succès a été au rendez-vous. Seul les restrictions sur la lucite pendant la guerre (changez le nom par Plexiglas et à la place de corps de « 51 » ont peut faire des verrières de P-51 Mustang par exemple…) réussirent à ralentir la production des « 51 ». En 1946 Parker a vendu environ 1 million de « 51 » contre 470 000 en 1945…

Le modèle présenté dans cet article n’a pas vraiment de nom, il est décrit dans le catalogue 1941 comme « Parker « 51 » lustralloy cap ». Il est daté du premier trimestre 1944 mais le catalogue 1941 est le seul que j’ai sur les « 51 » vacumatic donc…

Fermé il mesure 13.6cm
hostingpics.net

Et 12.6cm ouvert:
hostingpics.net

Le blind cap se dévisse pour laisser apparaitre la tige en celluloïd du système vacumatic:
hostingpics.net

Chose intéressante le capot laisse passer la lumière et l’on peut voir le collecteur si le stylo n’est pas encré:
hostingpics.net

Le « date code » est juste en dessous de l’anneau, un « 4 » avec trois points pour le premier trimestre de 1944:
hostingpics.netLe reste de l’inscription est « Parker « 51 » » avec en dessous « made in USA »

Le capuchon est celui qui est parfois décrit comme « lustralloy wide lip cap band ». Le « blue diamond » était l’indication de la garantie à vie de Parker jusqu’en 1947:
hostingpics.net

Le « jewel » au sommet du capuchon est en celluloïd gris, malheureusement abimé… et ceux de remplacement que j’ai ont des pas de vis différents…
hostingpics.net

seule l’extrémité de la plume est visible de dessus:
hostingpics.net

La plume porte l’inscription « Os Pl » pour le pointe en osmiridium et est daté de 1944. Elle est donc parfaitement correcte pour le stylo, encore plus car « made in USA ».

De dessous on peut voir le bout du conduit:
hostingpics.net

La restauration du stylo a été au final assez classique pour un « 51 » vacumatic: le diaphragme a été changé, il restait d’ailleurs des restes de l’ancien diaphragme sous celui qui équipait le stylo à son arrivée. La « pellet cup » de la pompe était abimée et a du être changée. Les différences d’usure entre le blind cap et le corps était aussi signe que le blind cap n’était pas d’origine, tout comme la pompe (un « 51 » de la période 1942-1945 avait d’origine un collier de pompe en plastique). Cela a été confirmé par l’impossibilité de faire correspondre le blind cap et le corps sans qu’il y ait un décrochement entre les deux (les « 51 » vacumatic étaient finis sur un tour et ne sont pas parfaitement cylindriques). Le capuchon qui équipait le stylo était un « custom » plaqué or avec des groupes de 4 lignes. Comme j’avais un corps de capuchon lustralloy mais pas de clip et que le clip du « custom » est le même que pour le lustralloy et vu que je préfère ces derniers…

Le capuchon démonté:
Hebergeur d'image

Remonté avant la restauration cosmétique:
Hebergeur d'image

Et au final, lustralloy refait sur le corps et la lèvre brillante. J’ai remis un blue diamond sur le clip, pour la garantie c’est mieux… Enfin je crois…
Hebergeur d'image

A l’écriture… euh… il a fallu tout d’abord faire quelques réglages pour que le stylo écrive! Les « 51 » avec leur système d’alimentation en encre assez complexe sont aussi assez difficile à régler, pas mal de détails comptent. Dans ce cas-ci, les pointes des becs sont un peu tordues, comme une plume « Waverly »… Au premier essai la conclusion était simple, le stylo écrivait pas. Comme sur les voitures, il a fallu aller bricoler sous le capot et finalement l’encre arrivait sur le papier! Hebergeur d'image

La plume a un plat sur les pointes, mais n’est pas une oblique ronde droite comme pourrait laisser penser la photo en vue « de dessous ». le trait est digne d’une moyenne moderne, il devait être plus fin à l’origine. Le débit parfait pour moi, le fait que ce soit moi qu’il l’ai réglé  n’y est pas étranger… Elle est douce, rien d’exceptionnel pour un « 51 » qui sont connus pour la qualité de leurs plumes.

Voila pour ce « 51 » vacumatic, un exemplaire à la hauteur de sa réputation!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s