Esterbrook 1314 « Flexible stub »

Cette plume est une des plus recherchée des Esterbrook « renew point ». Sa description trompeuse comme « flexible stub » doit y être pour beaucoup. « flexible »… « stub »… Voyons ça!

hostingpics.net

Les plumes Esterbrook étant nombreuses et variées elle méritent chacune une petite revue. Comme elles sont facilement échangeables sur un stylo ça me facilite la tache, je n’ai pas à restaurer aussi le stylo! Et donc en premier la 1314 « flexible stub ».

Cette plume est dans le top 3 des plumes les plus recherchés des Esterbrook Renew-point, après la 8440 « superfine cartographic » et la 6668 « firm medium ». Cette dernière est hors catégorie, c’est un prototype assez semblable au plume Triumph de Sheaffer. Pour avoir un ordre d’idée de la valeur des plumes Esterbrook, il suffit d’aller voir chez « Anderson Pen » qui sont des spécialistes Esterbrook. La 1314 est actuellement listée à 85$ mais « out of stock »… J’ai acquis la mienne pour 20€ dans un lot avec une 2314-B et une 2668, toutes les trois « NOS » et dans leurs boites d’origine.

La 1314 fait partie de la série des plumes 1xxx, les « durachrome point ». Cette série ainsi que les 2xxx sont les plus anciennes des renew point, apparues en 1935. Le « durachrome » est utilisé pour décrire l’acier qui compose la plume (« solid » selon la boite…), il est facile de spéculer que celui-ci est identique à l’Esterchrome des plumes pour porte plume d’Esterbrook! On retrouve d’ailleurs l’inscription « dura- chrome » sur la plume, avec « Esterbrook » entre les deux et « 1314 » sous le « chrome »:

hostingpics.net

La 1314 a pour « ancêtre » la plus célèbre des plume de porte plume Esterbrook, la 314, qui a une forme identique mais pas de trou d’évent. A la difference de la 314, la 1314 a des « iridium » au bout des becs. Ce n’est toutefois pas un alliage de métal dur soudé dessus mais les becs simplement retournés, comme toutes les plumes des series 1xxx et 2xxx. Si l’on regarde sur la photo au dessus on a l’impression que le bout des becs est tordu. C’est en fait juste le reflet de la lumière qui mets en évidence la trace laissé par l’outil qui a replié les bout des becs. Dans des conditions normales cela passe inaperçu. Sur le coté des pointes on se rend compte que le métal est bien replié: hostingpics.net

Le conduit est un conduit « flat » datant des années 1935 – 1942: hostingpics.net

Pour le petit détail la boite est aussi correcte pour la plume, « re-new-point » n’ayant été changé pour « renew point » qu’en 1948.

La vue de coté permet de mieux voir sa forme. Il possède une échancrure comme les conduits « spoon » de Waterman sur chaque coté mais aussi des ailettes contrairement au Waterman: hostingpics.net

Observée à la loupe la plume est bien taillé comme une stub. Par contre elle est aussi oblique: hostingpics.net

Encore une fois la lumière joue des tour, le bec de gauche n’est pas droit mais bien de biais comme celui de droite. La vue « de dessous » permet de s’en rendre compte. Il est toutefois légèrement moins incliné que celui de droite: hostingpics.net

Cela va sans doute en décevoir certains mais non, la plume n’est pas flexible. L’épaisseur de métal est aussi importante que les plumes étant décrites comme « firm », les « flexibles » ayant une épaisseur bien plus fine. « stub oblique gauche » reflète mieux la nature de la plume ou, dans le jargon Esterbrook, « relief ». Cela n’empêche qu’elle est bien agréable à l’écriture une fois qu’on a compris comme l’utiliser. La plume est telle qu’elle a quitté l’usine avant la seconde guerre mondiale, aucun réglage n’a été fait dessus: je l’ai sorti de la boite, rincé comme il se doit et installé sur le J « transitionnal » présenté il y a pas longtemps. Parfait d’entrée, juste un petit ajustement des becs a été nécessaire. La plume comme toute oblique est assez sensible à l’orientation des pointes sur le papier et pardonne bien moins qu’une 2314-F. dès que la plume est mal placé un petit grattement nous rappelle à l’ordre. Mais si la plume est maintenue comme il faut elle est assez douce. Le débit, assez généreux, s’accorde parfaitement avec la largeur de trait de la plume. Un exemple d’écriture, ici en Aurora Blue: hostingpics.net

La variation de trait a un ratio d’environ 1:3 au maximum: hostingpics.net

Cet exemple d’écriture sur du papier de photocopieuse est sans doute un peu plus parlant, fait après avoir utilisé la plume durant une semaine et donc la maitrisant un peu plus. Le papier est différent de celui utilisé normalement pour les tests d’écriture:

hostingpics.net

La variation de trait: hostingpics.net Voila pour la 1314 « flexible stub », plus oblique que flexible!

Publicités

4 réflexions au sujet de « Esterbrook 1314 « Flexible stub » »

  1. Mag B

    Apparemment ni très oblique ni très stub et donc en plus pas du tout flexible…ce qui est une caractéristique des plumes Esterbrook.
    En descendant un peu (qq mm) le conduit sous la plume vers la section, ne peut-on pas améliorer la flexibilité ? Bien sûr tout en maintenant le contact du conduit avec la plume. Sur la photo, le conduit semble bien haut vers les becs…

    Répondre
    1. spgg917 Auteur de l’article

      C’est une oblique (environ 15°) stub, le « flexible » je vois pas trop d’où il vient… La variation de trait est pas énorme car proche d’une M moderne contrairement à l’idée qu’on peut se faire une oblique italique sur base d’un B ou plus.
      Modifier la position du conduit (qui est parfaite d’ailleurs…) ne changera rien à la flexibilité qui est une caractéristique propre à la plume, le conduit n’a rien à voir là dedans. Comme la fléxibilité est une caracteristique que je ne recherche pas vraiment cela ne me dérange pas, au contraire en fait.

      Répondre
  2. Mag B

    « la position du conduit (qui est parfaite d’ailleurs…) »…
    Sur la photo, on dirait bien pourtant que les bords supérieurs du conduit dépassent légèrement des épaules de la plume. Mais bon, c’est une photo et la position est peut-être décalée…
    Sinon, personnellement, j’en suis revenue de ces plumes Esterbrook qui se ressemblent trop à mon avis…

    Répondre
    1. spgg917 Auteur de l’article

      J’aurais du l’indiquer mais la plume était encrée au moment des photos. On le vois sur une photo, il y a de l’encre sur les bords du conduit qui donne l’impression qu’il est plus large qu’il n’est. Si le conduit était trop avancé (ou la plume trop reculée) on le verrait sur les photo du dessus de la plume. Il est à ras des bords, ce qui est la position optimale. Il est par contre un poil décalé d’un coté mais cela fonctionne très bien comme ça. Si ce n’était pas le cas je l’aurais ajusté de toutes façons…
      Les esterbrook taillent en « vintage », on est plus proche des tailles japonaises que européennes modernes. Le problème est que la variation entre les tailles n’est pas très importantes, sans compter les doublons entre et à l’intérieur d’une même série.

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s