Sheaffer « Triumph » C93W

Pas la peine d’aller chercher un nom à rallonge pour ces stylos, Sheaffer les appelait des « Triumph ». C’est aussi simple que ça!

hostingpics.net

Le Sheaffer « Triumph » et le Parker « 51 » ont plus de points communs qu’ils n’y parait: tous deux sont apparus au début des années 40, ils reprenaient le(s) système(s) de remplissage des stylos qui le précédaient (les Balances et Vacumatics, respectivement) et étaient équipés d’un système d’écriture innovant. Si dans le cas du « 51 » l’objectif de la plume capoté et son collecteur était d’avoir la possibilité d’écrire avec des encres à séchage ultra-rapide, dans le cas de Sheaffer les objectifs étaient d’avoir une plume solide avec un conduit ayant une capacité tampon accrue tout en gardant des choix de diverses caractéristiques d’écritures. C’est ainsi qu’est apparue la plume « Triumph », une plume conique comme jamais vue auparavant:
hostingpics.net

La plume « Triumph » est basé sur un principe inverse la plume du « 51 »: au lieu d’enfermer la plume dans le collecteur et la section-capot, c’est la plume qui entoure le conduit. Cela permet d’avoir un conduit plus gros et donne une plume très solide par design tout en gardant la possibilité d’avoir des plumes flexibles si besoin. (14 styles de plumes seront disponibles pour les « Triumph » qui nous intéressent ici, ceux de 1942-1945). Le placage au platine sur les becs mais surtout l’intérieur de la fente de la plume, comme sur les plumes Feathertouch est conservé. Sheaffer était particulièrement fier de cette nouvelle plume et n’hésitait pas à faire des publicités qui plaçait la plume au premier plan et non le stylo. Celle-ci dévoile par exemple le mode de fabrication de la plume (plus ou moins…):
hostingpics.net
Une fois les brevets déposés pour la nouvelle plume (US D130,997), le stylo (US D 130,998 et US 2,303,373, la version de production est décrite dans US 2,474,996) et le capuchon (US 2,314,563), les « Triumph » portant cette nouvelle plume sont apparus en mai 1942 et se déclinaient en 4 modèles: le « Triumph » standard(12,50$), le « Triumph » crest (15,00$) et leurs versions Tuckaway respectives au même prix que leurs versions normales. A cela s’ajoutait l’Autograph et le Tuckaway correspondant qui avaient la bande de capuchon en or massif 14K (20,00$). Comme les Balances qu’ils remplaçaient ils étaient en celluloïd et disponibles en 5 coloris: black, golden brown, marine green, carmine et pearl grey:
hostingpics.net

Les « Triumph » étant apparus lors de la seconde guerre mondiale, cela eu quelques influences sur eux. Il étaient à l’origine disponibles en version vac-fill ou à remplissage par levier mais ce dernier a rapidement disparu suite aux restrictions sur le caoutchouc du War Production Board. Le plus embêtant pour les fabricants de stylo était la quasi-impossibilité d’utiliser de laiton. A la place Sheaffer a donc utilisé de l’argent pour les clips et bandes de capuchon des « Triumph » qui étaient ensuite doublé or (ce qui en fait techniquement du vermeil). Cela explique pourquoi de nombreux « Triumph » sont aujourd’hui comme le capuchon de gauche sur cette photo:
hostingpics.netAu fil du temps les atomes d’argent migrent à la surface de l’or et s’oxydent à l’air, ce qui donne cet aspect aux clip et bandes de capuchon. Le capuchon de droite était aussi dans cet état avant nettoyage.

Nommer une stylo « Triumph » peut d’ailleurs sembler un peu osé vis-à-vis de la période mais Sheaffer avait une explication:
hostingpics.net

Outre les restrictions des ressources et limitation de production, la fabrication des « Triumph » fut aussi ralentie par le fait que Sheaffer participait à l’effort de guerre en produisant du matériel de guerre (détonateurs, tuner de radio etc…). Sheaffer recevra le « E » award le 13 mai 1944 pour les récompenser de leurs efforts, C’est le petit drapeau en bas de la publicité sur les plumes « Triumph« . Un film destiné au revendeurs Sheaffer fut d’ailleurs crée pour leur expliquer pourquoi il n’y avait pas assez de stylos pour couvrir la demande. La photo ci-dessous est le millionième détonateur M48 produit par Sheaffer le 9 juillet 1943:
Hebergeur d'image Le stylo est un Balance 74AC remonté du fond de Pearl Harbour.

Une autre complication est venue de Parker. Ils avaient en effet racheté les droits de deux brevets de Russel T. Wing (US 2,187,528 et 2,282,840), à partir desquels le « 51 » avait été développé. Or ces brevets décrivent une plume enveloppant le conduit… Après négociations, Sheaffer du payer 25000$ de dommages à Parker ainsi que 0.27% sur les ventes futures de « Triumph » à partir de 1943. Parker en profita au passage pour faire diminuer ses royalties pour les brevets de Wing de 8000 à 5000$ annuel!

Quoi qu’il en soit les « Triumph passèrent la guerre sans encombre et de très nombreux exemples nous sont parvenus. Après la guerre la gamme des « Triumph » fut totalement métamorphosé, ne gardant quasiment que la plume de commune avec les « Triumph » de 42-45.

Le stylo présenté ici est donc un « Triumph » standard, le C93W. Le C dénote sont coloris Golden Brown et le W est pour le remplissage vac-fill. Fermé il mesure 13.0cm:
hostingpics.net

Ouvert le stylo fait 11.2cm:
hostingpics.net On remarquera sur cette photo que le capuchon se visse sur une bague métallique et non directement sur le corps. La géométrie du filetage permet à la fois un dévissage rapide (un peu plus d’un demi tour) et aussi une remise à l’air très rapide de l’intérieur du capuchon dès le dévissage commencé. Ceci ajouté à la bonne capacité tampon du conduit explique l’absence de trous de ventilation sur le capuchon.

Une fois le blind cap dévissé la tige du piston est visible. En accord avec les restrictions sur les matériaux, le blind cap est simplement vissé sur la tige:
hostingpics.net

L’inscription est très classique, elle ne comporte toutefois pas de « price code » (1250):
hostingpics.net

La plume, communément appelé « Triumph » bien que Sheaffer utilisait le terme « Sheath point » pour les décrire, est en or 14K avec un masque de platine sur les becs. Elle comporte l’indication « LIFETIME » dessus qui réfère à la garantie du même nom:
hostingpics.net

De profil la forme conique de la plume est bien plus visible, de même que le relevé des bout des becs typique de ces plumes:
hostingpics.net

Le conduit est bien caché sous la plume, les multiples ailettes montrent bien la grande capacité tampon de ces conduit « flo-rite ». Les rayures proviennent, je suppose, d’une précédente tentative de restauration avec une pince au lieu d’utiliser les outils adaptés…
hostingpics.net

A l’écriture les « Triumph » sont des stylos très agréables, légers et bien équilibrés. la bague fileté en plein milieu de la section est un peu déroutante mais il est possible de tenir le stylo au dessus de celle-ci, ce qui permet aussi d’utiliser le relevé des becs à son plein potentiel. La plume en elle même est très douce, faisant un trait comparable à une taille fine moderne et avec un bon débit. La capacité en encre (environ 1.6ml) permet de longues sessions d’écriture sans aucun soucis.

hostingpics.net

Voila pour ce Sheaffer « Triumph », le stylo de Sheaffer pendant la seconde guerre mondiale.

Publicités

7 réflexions au sujet de « Sheaffer « Triumph » C93W »

    1. spgg917 Auteur de l’article

      Le problème avec les « grey pearl » est que les attributs nickelés sont bien plus fragile que le doré des autres coloris. Cela explique sans doute pourquoi ces stylos sont moins courant dans ce coloris que les autres.

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s